Prise en charge des stages et formations de tapissier décorateur

Nous vous aidons à trouver un financement pour votre formation de tapissier décorateur dans notre atelier de Tournus (71).

Nous vous donnons quelques dispositifs selon votre situation :


  • Le plan de formation de votre entreprise :  Pour le salarié, le départ en formation dans le cadre du Plan de Formation correspond à une mission professionnelle. Le contrat de travail continue d'exercer tous ses effets. Le salarié continue de bénéficier de sa rémunération et de sa protection sociale dans les conditions habituelles. A l'issue de la formation, il retrouve son emploi dans les conditions prévues par son contrat de travail.
  • LES BOURSES ET LES SOUTIENS PRIVÉS

    Il existe plusieurs aides, privées ou publiques, qui peuvent permettre de financer une formation dans un domaine des métiers d’art. En voici quelques exemples.

    PRIX DE PERFECTIONNEMENT DE LA VILLE DE PARIS

    Les Prix, de 10 000 € chacun, viennent récompenser de jeunes adultes, diplômés ou non, ayant un véritable projet d’insertion professionnelle dans les secteurs d’activité des métiers d’art. Les lauréats, sélectionnés sur dossier, pourront parfaire leur formation en étant accueillis en stage dans l’atelier d’un artisan, à temps complet, pendant un an. http://www.paris.fr/

    BOURSES D’ÉTUDE DE LA FONDATION VALLET

    La fondation Vallet a pour vocation d'aider les jeunes de milieu modeste ayant un bon dossier scolaire à poursuivre leurs études en attribuant des bourses d'études. Les bénéficiaires de cette fondation sont des élèves et des étudiants de l'Académie de Paris.
    Etudiants inscrits dans une formation au sein d'une des écoles d'arts suivantes : Boulle - Duperré - ENSAAMA Olivier de Serres - Estienne ENSAD - ENSCI - Gobelins, Ecole de l'Image - La Fémis
    Elèves inscrits dans un des lycées professionnels et technologiques suivants : Lycée Diderot, LP Ameublement, Corvisart, d'Alembert, Dorian, Léonard de Vinci, O.Feuillet, N. Flamel, H. Guimard, E. Lemonnier, P. Poiret, A. Renoir, Tolbiac, Turquetil.
    Ce sont les proviseurs des établissements qui proposent les bénéficiaires des bourses d'étude de la fondation Vallet. http://www.fondationdefrance.org

    BOURSE DE LA VOCATION

    La Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation a pour mission de permettre à des jeunes de 18 à 30 ans d’atteindre le niveau de formation nécessaire pour exercer le métier de leur choix. En quarante ans, la Fondation a déjà encouragé plus de 1200 lauréats dans les domaines de l’agriculture, de l’artisanat, de la musique, des arts plastiques, des sciences, du cinéma, de la photographie… 20 bourses de 7 700 euros sont remises chaque année en décembre. La fondation prolonge cette aide par un soutien complémentaire et permanent à ses lauréats.  http://www.fondationvocation.org

    FONDATION D’ENTREPRISE BANQUE POPULAIRE

    Création, passion et envie d’entreprendre sont au cœur de la démarche de la Fondation d’entreprise Banque Populaire. A partir de 2013, les jeunes artisans d’art talentueux peuvent bénéficier du soutien de la Fondation. Une aide qui leur permet de réaliser leur projet de vie : installation en atelier, matériel, complément de formation, création d’une œuvre ou encore réalisation d’une exposition, etc. Choisis par un jury d’experts et identifiés par les Banques Populaires les lauréats pourront être accompagnés de 1 à 3 ans dans la réalisation de leur projet. http://www.fnbp.fr/

    BOURSES D’ÉTUDES MÉTIERS D’ART DE LA FONDATION POUR LES MONUMENTS HISTORIQUES

    La Fondation pour les Monuments Historiques a ciblé 3 types de cursus pour attribuer des bourses d’études afin d’encourager et soutenir de futurs professionnels :
    -  « Métiers d’art et de la restauration » pour les études d’art liées à larestauration des monuments historiques (sculpture, peinture, dorure, taille de pierre, ébénisterie, ferronnerie…). Peut se porter candidat toute personne de moins de 40 ans, inscrite dans un établissement d’enseignement français.
    -  « Recherche » dans le domaine du patrimoine culturel (économie, droit, architecture, histoire de l’art, sciences…). Peut se porter candidat toute personne demoins de 40 ans, titulaire au minimum d’un Bac + 3 et inscrite dans un établissement d’enseignement français.
    « Reconversion-réorientation » pour toute personne souhaitant bénéficier d’uneformation complémentaire pour faire aboutir son projet professionnel, ou renforcer ses compétences dans le domaine du patrimoine culturel ou des métiers d’art et de la restauration. Peut se porter candidat toute personne inscrite dans un établissement d’enseignement français, et titulaire au minimum d’un Bac + 3, pour un projet de recherche. http://fondationmh.fr/

    FONDATION DE LA 2ÈME CHANCE

    La Fondation de la 2e Chance a pour objet d'accompagner des personnes de 18 à 62 ans, ayant traversé de lourdes épreuves de vie et aujourd'hui en situation de grande précarité, mais manifestant une réelle volonté de rebondir. La Fondation de la 2e Chance leur offre un soutien humain et financier (jusqu'à 8 000€ pour les projets de création/reprise et 5 000€ pour les projets de formation) pour mener à bien un projet professionnel réaliste et durable. http://www.deuxiemechance.org/fr

  • LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE POUR ADULTES

    De nombreuses personnes souhaitent se reconvertir dans les métiers d’art. Toujours payantes, les formations pour adultes peuvent être financées par des organismes dédiés.

    L’interlocuteur à contacter diffère selon la situation professionnelle :

    - Le Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi.

    - L’employeur pour les salariés du secteur privé, qui peuvent mobiliser deux dispositifs :
    Le Compte personnel de formation – CPF (anciennement DIF), limité à 150h.
    Le Congé individuel de formation (CIF) qui peut durer jusqu’à 1 an.
    Le financement de la formation est pris en charge par l’Organisme paritaire collecteur agréé (Opca) auquel cotise l’employeur ou par le Fongecif pour le CIF.

    - L’Afdas pour les artistes auteurs et les intermittents du spectacle :https://www.afdas.com/

    - Le FIF-PL pour les professions libérales : http://www.fifpl.fr/

    - Le FAF-CEA pour les chefs d’entreprises artisanales : accueil@fafcea.com

    - L’Agefiph pour les travailleurs handicapés : http://www.agefiph.fr/

      

    LES FORMATIONS EN ALTERNANCE

    Le contrat d’apprentissage engage un jeune, une entreprise et un centre de formation d’apprentis (CFA). L’intéressé doit avoir entre 16 et 25 ans. Il suit en alternance un enseignement théorique, sous forme de cours dispensés au CFA, et des périodes de travail en entreprise, sous la direction d’un maître d’apprentissage. L’apprenti possède un statut de salarié. Chaque mois, il touche une rémunération qui dépend de son âge et de son niveau de formation. L'apprentissage permet de préparer tous les diplômes professionnels et technologiques de l'Éducation nationale.

    Le contrat de professionnalisation s’adresse aux jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus, aux demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus et aux bénéficiaires de certaines allocations ou contrats. Son objectif est de leur permettre d’acquérir une qualification professionnelle ou de compléter leur formation initiale par une qualification complémentaire en vue d’accéder à un poste déterminé dans l’entreprise. Les bénéficiaires âgés de 16 à 25 ans révolus sont rémunérés en pourcentage du Smic selon leur âge et leur niveau de formation, les salariés âgés de 26 ans et plus perçoivent une rémunération qui ne peut être ni inférieure au SMIC ni à 85 % du salaire minimum conventionnel.

 

 

       

 


Consultez-nous pour en savoir plus.