Au cœur de l'histoire d'un tapissier décorateur – stages et formations

En apprenant le métier de tapissier décorateur au cours de stages ou de formations, vous entrez dans l'histoire d'un métier d'art très ancien, dont la source est datée : des livres attestent qu'à Paris en 1292, au Moyen-Âge, il y a 24 tapissiers et 8 courtepointiers. Il est l’artisan qui réalisait diverses sortes de tapisseries de basse ou de haute lice dont la destination première était d’agrémenter les murs et de permettre une isolation contre l’humidité et le froid dans les grandes demeures ou servant à la couverture des sièges.

Sa tâche principale était de transformer les tissus en courtines (rideaux) ou courtepointes (couvertures piquées). Les courtepointiers, qui tendent de riches étoffes aux murs, portent une sérieuse atteinte aux tapissiers. Dès cette époque, les artisans courtepointiers usurpaient le nom de tapissier qu’ils devaient trouver plus noble.


Aux environs de l’année 1350, ils se substituent aux tapissiers pour vendre aux seigneurs des tissus de soie ou de laine. C’est alors que s’élèvent des protestations entre ces deux corporations. Ce conflit entraîne des procès interminables. Il prend fin en 1621, qui voit la réunion de ces deux corporations en une seule, ce qui explique qu’aujourd’hui nous portons le nom de Tapissier.

Aujourd'hui le métier de tapissier est de réaliser des garnitures et des couvertures de sièges, de confectionner des décors de fenêtres (rideaux), de poser des tentures murales, des tapis et des moquettes tendues.

Nous serons très heureux de vous former à ce métier d'art, noble et aux aspects variés.